N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

03 février 2012

Carton bitumé, feutre asphalté.

J'ai ta Chupa Chups encore emballée, Coca Cola, dans la poche gauche de mon trench, ta langue emballante dans ma bouche, encore plus sucrée, tes mains qui me touchent, collés serrés, et dans ta chambre c'est l'année des méduses sans Valérie Kaprisky, qui tombe à point nommé avec son titre russe d'antivirus. Les cadavres livides ponctuent le parquet, traînent inaboutis, abandonnistes, inertes éponges jetées, le long des tentatives peu fructueuses de débuts d'ébats tendus, forcément, tu m'étonnes, dans ta piaule de geek où les... [Lire la suite]

26 janvier 2012

I was quite impressed until I hit the floor.

Indication : Traumatisme nasal le 18 décembre 2011. Persistance de couleurs et d'un petit oedème résiduel. Résultats : Pas de lésion osseur traumatique décelable. Aération normale des sinus de la face en dehors d'un petit épaississement muqueux d'une cellule ethmoïdale postérieure droite. Les ostiums des sinus maxillaires les canaux naso-frontaux sont perméables de façon bilatérale. Déviation de la cloison nasale à gauche avec un éperon nasal. Présence de variations anatomiques exposant au risque chirurgical : - discrète... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 mai 2011

Un jour, une joie.

J'aime beaucoup quand les gens imbuvables se font rappeler à l'ordre par leur karma, presque instantanément et sous mes yeux.Cela n'arrive pas suffisamment souvent à mon goût, la punition divine obéirait plutôt au proverbe "Ne cherche pas à te venger de qui t'a fait du mal, assieds-toi au bord de la rivière et, un jour, tu verras passer son cadavre", avec lequel j'ai assez longtemps été d'accord, avant de voir la rage m'emplir de plus en plus, et de me mettre à penser que la vengeance est un plat bien plus goûtu avalé saignant.Hier,... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 avril 2011

L'habit qui ne va pas, c'est pour mon papa, les plus beaux vêtements, c'est pour ma maman.

Un top New Look en taille 10 bleu marine en synthétique brillant, à dos nageur, volanté en haut, froncé en bas. Un petit débardeur vieux rose en coton, à fin liseré de dentelle noir, deux petits boutons ornementaux en nacre, trois fronces verticales le long de chaque côte, petit volant en bas également, provenance inconnue. Un petit top blanc en synthétique dans une matière curieusement élastique m'évoquant le maillot de bain, décolleté, froncé, couturé, fleuridentelé, MNG Suit. Moins mon style a priori, bien que tout réfléchi, je... [Lire la suite]
06 février 2011

Sans répit sans repos je suis repue de toi.

Eldorado - Stephan Eicher Que faut-il qu’on casseFaut-il qu’on fasseQuel numéro ?Que faut-il qu’on classeFaut-il qu’on chasseDe nos cerveaux ?Qui prendra ta placePrendra ma placeQu'est-ce qu’il nous faut ?Quelle sera la traceDe notre impasseDe nos travauxQue faut-il qu’on fasseFaut-il qu’on cassePour être en faceD’Eldorado Que veux-tu qu’on froisseVeux-tu qu’on glaceQu’on jette à l’eauQuelle part on efface ?Rien ne trouve grâcePlus rien ne vautQuelle terrible audaceQuelle sombre faceEt quel culot ?Qu’est-ce qui nous... [Lire la suite]
25 janvier 2011

Monde de merde, je valide, toujours.

C****** L****** cite en entier la dernière chanson de Jenifer sous une de ses photos, Christophe Maé a été fait chevalier des arts et des lettres dimanche, les bobos se touchent devant "Somewhere", le dernier foutage de gueule film de Sofia Coppola, qui aurait pu s'appeler "Nowhere", "Never" ou "In your Ass" tant il ne s'y passe que couic, pas de scénario qui tienne la route, recette photographique qui fait rengaine à la longue, plans interminables à l'intérêt beaucoup trop limité pour nous être... [Lire la suite]

24 janvier 2011

Mi oui mi non, compètement je n'en sais rien.

"Tout se bouscule dans mon esprit. Tout prend des proportions inquiétantes. Je voudrais que la vie soit simple et je ne trouve pas le chemin de l'évidence. Je ne sais pas ce qui se passe en moi vraiment, mais je suis heureuse et malheureuse à la fois. Je veux une chose et son contraire. Je veux être l'unique mais je n'aime pas cette idée. Je veux que le garçon passe le bras autour de mon épaule et j'enlève le bras. Je veux qu'il me regarde et je ne supporte pas ses yeux posés sur moi. Je veux qu'il soit plus fort que moi mais... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 septembre 2010

Avec Cif, ce sont toujours les femmes qui font le ménage.

Merci Cif Crème de penser à nous les femmes, et uniquement à nous, en inventant de merveilleux produits afin de nous rendre la tâche (ménagère) plus aisée, moins ingrate, presque agréable, et en perpétrant dès le troisième mot par une lettre en trop à valeur de lapsus les plus vieux clichés misogynes qui, visiblement, ne sont pas encore sortis des esprits... Ménagères de moins de cinquante ans et féministes quelles que vous soyez, unissez-vous, le combat continue, l'on n'est pas sorties de l'auberge, ni de devant le lavabo ou... [Lire la suite]
30 juin 2010

Paroles sans histoires.

"Tu me manques, tu me manques. Chaque fois que je me retrouve séparée de toi, je me demande comment j'ai fait la précédente. Surtout quand je te sens inaccessible, et que je sais que tu auras remballé ta douleur pour la revoyure, jusqu'à la prochaine fois où tu iras te cacher comme un animal pour souffrir tout seul. Je n'ai pas l'impression que tu me laisses le droit d'essayer de t'aider, et je complexe de te parler de moi et de mes soucis, du coup, par mutisme symétrique et résignation mimétique ou pudique, va savoir. Je me sens... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 mai 2010

Patientez, une hôtesse d'accueil va prendre votre appel.

Ce n'est pas une désertion, c'est un contretemps. Une grosse série de contretemps qui n'y vont pas par quatre chemins en coupant la poire en deux avec des pincettes. Trop de contretemps tuent le contretemps, trop de trop tue le trop, trop de nouilles cassent les couilles, monde de merde, je valide, mots valises et lettre compte double. J'ai mal au ventre, à la prochaine, la clef de l'énigme en prime si l'on m'en a gratifiée.
Posté par Daisy Rondelle à 12:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,