N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

29 août 2011

Maintenant, délivrez-moi, de tout et de son contraire, et du contraire du contraire.

Au lieu de lui dire : "Prends-moi !" je lui demande : "Que me donnes-tu ? Un autre moi-même ? Il n'y a pas d'autre moi-même. Tu me donnes un ami jeune, ardent, jaloux, et sincèrement épris ? Je sais : cela s'appelle un maître, et je n'en veux plus... Il est bon, il est simple, il m'admire, il est sans détour ? Mais alors, c'est mon inférieur, et je me mésallie... Il m'éveille d'un regard, et je cesse de m'appartenir s'il pose sa bouche sur la mienne ? Alors, c'est mon ennemi, c'est le pillard qui me vole à moi-même ! ... J'aurai tout,... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mai 2011

Achète un naan au fromage et quitte la ville.

C'est étonnant à quel point je déteste la ville depuis que je suis ici... J'ai envie de pleurer chaque fois que je vois des blocs d'immeubles, j'étouffe, tout est étriqué, rien ne semble possible, je ne sais même pas comment des gens peuvent passer toute leur vie ainsi, y être heureux, cela me paraît surréaliste, pourtant je ne vivais pas à la campagne, à Lille, à Reims, je n'avais pas de jardin, je n'étais pas tout le temps dehors, ici je suis claustrophobe même à l'extérieur, 11h11, j'ai un peu peur de partir en vacances, si je vais... [Lire la suite]
17 avril 2011

Pour ma part, pour le moment, et partiellement.

J'ai envie de te voir, c'est infernal, je voudrais pouvoir passer beaucoup de temps avec toi, et là, c'est tout le contraire qui se profile, beaucoup de temps sans toi... Jeudi. Jeudi soir. Tu quittes à quelle heure ? (Pas nocturne s'il vous plaît, pas nocturne...) J'ai beau avoir pleuré déjà, j'ai les yeux qui restent gonflés et en forme de fontaines, prêts à recommencer, si j'avais tes bras je me mettrais dedans et j'ouvrirais les vannes je pense... (Et puis, je te mettrais des bouquins et des cartons dedans aussi, pour me permettre... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 mars 2011

Collection de vestiges de vertiges.

Tu sais que tu es adulte quand tu tombes et que tu te fais une entorse ou te foules la cheville, en loupant une  marche d'escalier, ou en saut à ski. Quand tu te viandes en courant et que tout douloureux qu'il puisse être, ton bobo ressemble à une grosse égratignure suintante, en plein milieu du genou, badigeonnée au Mecurochrome et planquée sous un pansement Tom et Jerry, ce n'est pas encore de la blessure mature. Même pas grave, j'ai tout mon temps pour apprendre à tomber comme une grande personne, et puis, j'adore jouer avec... [Lire la suite]
06 février 2011

Les absents ont tous la même peau.

"Ces derniers temps j'ai pas mal pensé à Mathilde, à Cyril, à mon grand-père, et même, chose extrêmement rare, à Romualdo, mon espagnol de frère que je ne connais pas. L'autre jour, le lendemain ou surlendemain de quand je t'ai dit que je me demandais ce que cela faisait d'avoir un frère, et que tu as dit "Moi aussi". Alors j'ai tapé ce que je suppose être son nom complet sur Facebook, puis des bouts, prénom, morceaux de nom, mais rien. Je ne le trouverai probablement jamais. J'ai pensé aussi que la seule fois que... [Lire la suite]
06 avril 2010

J'ai fait une tache de fraise molle sur ma cravate laide.

Trajet Lille Reims jeudi, Reims Canterbury et Canterbury Reims samedi, avec un retour à Lille manqué, d'où un trajet Reims Lille mardi, avant de refaire Lille Reims puis Reims Lille avant et après le concert de Lo'Jo vendredi, fatigue, nerfs en pelote, me sentant transbahutée comme un colis postal, cachet faisant foi, j'ai raté ma couleur pour quelques secondes d'inattention, en oubliant d'ajouter un peu d'eau dans la fin du mélange, occasionnant un résultat approximatif, avec racines trop vives, une poignée de mèches trop claires... [Lire la suite]

29 mars 2010

I'm a stranger to myself and nobody knows I'm here.

Oh you don't want me anywhere near you, you don't want me anywhere near you, get my fucking head out of your world, you don't want me anywhere near you, you don't want me anywhere near you, get my fucking head out of your world...Oh, non, c'est plus chronique que grave, mon moral se lève tous les matins et se couche tous les soirs, aujourd'hui il s'est encore endormi sacrément avant moi...Oh, parce qu'il n'y a rien à connaître, c'est moi qui suis en décalage horaire avec mes humeurs, je ne sais pas si médicalement, psychologiquement,... [Lire la suite]
16 mars 2010

Un jour, je parlerai moins, jusqu'au jour où je ne parlerai plus.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:SimSun; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-alt:宋体; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 680460288 22 0 262145 0;} @font-face {font-family:"\@SimSun"; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 680460288 22 0 262145 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
12 mars 2010

Je déteste quand Johnny Depp m'appelle quand je suis au lit avec Jude Law.

- Comment t'as trop mauvais goût !!! Alors que tu as un beau chevelu à tes pieds... Pff...- Je suis d'accord, c'est pour cela que quand c'est JR qui m'appelle quand je suis au lit avec Jude Law, je décroche direct !- De toute façon Elise sait que si elle ne décroche pas vite, je viendrai en personne m'assurer que tout va bien chez elle. Jude Law, c'est qu'un pédé, je lui casse le nez !- C'est moi le pédé à qui tu casses le nez, sale brute. Pour la peine je vais venir me coucher tiens.- Ben pourquoi quand t'es au lit avec moi tu ne... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 janvier 2010

Mauve écru.

Je respire comme je peux et j'ai mal au squelette, rouillé, j'ai froid entre les côtes, et l'impression d'avoir des bleus dans les veines, qui brûlent, du sang pourri dans les os, qui lancent, les vertèbres comprimées, l'infection fantasmée se propage, parasite, je suffoque en silence dans la cage de mon corps.
Posté par Daisy Rondelle à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,