N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

12 mai 2011

Jusqu'ici, tout ne va pas bien, amen quand même.

I feel like a blind man with a color TV. /// Je me sens comme un sac sans poignée dont la bandoulière aurait lâché. /// Les gens qui épellent tout leur nom de famille lettre par lettre au téléphone en citant des prénoms me font mourir de rire, Bertholin, B comme Bernard, E comme Edwige, R comme Raoul, T comme Thomas, H comme Henri etc. /// L'autre jour, un qui commence déjà à remonter un petit peu dans le temps maintenant, dans un magasin, je me suis dit "Tiens elle est jolie cette fille en face de moi", avant de me rendre compte que... [Lire la suite]

01 avril 2011

L'habit qui ne va pas, c'est pour mon papa, les plus beaux vêtements, c'est pour ma maman.

Un top New Look en taille 10 bleu marine en synthétique brillant, à dos nageur, volanté en haut, froncé en bas. Un petit débardeur vieux rose en coton, à fin liseré de dentelle noir, deux petits boutons ornementaux en nacre, trois fronces verticales le long de chaque côte, petit volant en bas également, provenance inconnue. Un petit top blanc en synthétique dans une matière curieusement élastique m'évoquant le maillot de bain, décolleté, froncé, couturé, fleuridentelé, MNG Suit. Moins mon style a priori, bien que tout réfléchi, je... [Lire la suite]
01 mars 2011

Au revoir fée vrillée.

Ces 28 derniers jours j'ai mangé mes doigts et trop de gâteaux, j'ai revu la Sablière, à défaut de Syracuse, même si j'ai l'impression que tout le monde, autour de moi, voit du pays, sauf ma pomme, la Suède pour Sara, le Japon pour Thibaud, la Chine pour Maryam, l'Afrique du Sud pour Sonia, la Louisiane pour Valérie, l'Australie et la Réunion pour Natacha, l'Ecosse pour Amandine, j'ai aimé "Black Swan" et sa folie noire, je suis tombée amoureuse de Midnight Juggernauts, j'ai vu "Le Cauchemar" en vrai grâce à l'exposition de... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 février 2011

Le monde appartient à ceux qui savent ce qu'ils veulent et j'ai les mains bien vides.

je distingue mal le désir du dégoût, le désir me dérange, désirer comme être désirée m'indispose, je voudrais m'en passer, faire sans, cesser de me punir, de n'être attirée que par ce qui me repousse, excitée par ce qui m'écoeure me démange l'idée de ne plus céder à ce que je m'impose pour dissimuler tant bien que mal le problème attitré qui est que je ne suis pas très stimulable, je ne suis pas une jouisseuse, tout ne me met pas sans dessus dessous et ce qui m'excite ne me fait pas nécessairement envie, aucun fluide dans mon sang... [Lire la suite]
06 février 2011

Les absents ont tous la même peau.

"Ces derniers temps j'ai pas mal pensé à Mathilde, à Cyril, à mon grand-père, et même, chose extrêmement rare, à Romualdo, mon espagnol de frère que je ne connais pas. L'autre jour, le lendemain ou surlendemain de quand je t'ai dit que je me demandais ce que cela faisait d'avoir un frère, et que tu as dit "Moi aussi". Alors j'ai tapé ce que je suppose être son nom complet sur Facebook, puis des bouts, prénom, morceaux de nom, mais rien. Je ne le trouverai probablement jamais. J'ai pensé aussi que la seule fois que... [Lire la suite]
03 décembre 2010

Bribes, morts sots, mort aux cons, je ne fais que trépasser.

Opérationnelle, à peu près, au quatorzième café, tout va un peu moins mal dans un monde un peu moins mauvais, paraît-il, si vous me cherchez vous devriez me trouver nichée quelque part dans une écharpe géante, complètement en vrac, la tête dans le sac, je t'embrasse mon Amour à la banane et aux microbes, oui elle m'a mis la fièvre pendant des heures... La grippe.
Posté par Daisy Rondelle à 12:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 septembre 2010

Observons l'effet déviant sur votre organisme.

Lille me manque énormément, d'autant que sa braderie a beaucoup fait parler d'elle ces derniers temps /// j'ai trouvé des bagels aux graines de pavot et de sésame au Daily Monop' /// je suis belle chéloïdeusement d'un ulcère à l'oreille /// l'aigreur est plus appétissante assaisonnée à la sauce poétique /// rêvant de ratons laveurs géants qui m'attaqueraient dans des lueurs rouges j'ai vu mon ombre monstrueusement déformée atteindre la colline d'en face /// j'ai envie de bottes en caoutchouc dans les flaques, de feuilles mortes, de... [Lire la suite]
05 juin 2010

Babillages.

C'est toujours pareil, lorsqu'il m'arrive plein de choses importantes, je les passe à la trappe et change de sujet, pour verser dans l'anecdote, passer de babiole en bricole, je ne dépèce que les détails, plutôt que de tourner autour du pot, je le pousse.Je suis traumatisée, tout à l'heure j'ai croisé un type effrayant qui ressemblait à un char à voile. Si, c'est possible, moi non plus je ne l'aurais pas cru, avant, mais là, je m'en remets difficilement. De loin, j'ai cru à un type qui faisait le kéké sur son vélo, à sa manière de se... [Lire la suite]
09 avril 2010

Help me if you can, I'm feeling down.

Non je ne veux pas... Aller voir "Tout ce qui brille", écouter Karimouche, reprendre de la quiche et un cinquième petit four, vivre en colocation, devenir vegan, regarder des films avec Catherine Jacob, respirer ta fumée de cigarette sous prétexte de ne pas être rabat-joie, être polie si je ne suis pas jolie, partir en vacances sur la Côte d'Azur, me faire une French manucure, arrêter de récupérer les prospectus sur les perrons des gens, faire semblant de m'intéresser à l'équitation ou aux écoles de commerce, porter... [Lire la suite]
06 avril 2010

J'ai fait une tache de fraise molle sur ma cravate laide.

Trajet Lille Reims jeudi, Reims Canterbury et Canterbury Reims samedi, avec un retour à Lille manqué, d'où un trajet Reims Lille mardi, avant de refaire Lille Reims puis Reims Lille avant et après le concert de Lo'Jo vendredi, fatigue, nerfs en pelote, me sentant transbahutée comme un colis postal, cachet faisant foi, j'ai raté ma couleur pour quelques secondes d'inattention, en oubliant d'ajouter un peu d'eau dans la fin du mélange, occasionnant un résultat approximatif, avec racines trop vives, une poignée de mèches trop claires... [Lire la suite]