N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

10 octobre 2011

Dommage.

Posté par Daisy Rondelle à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juin 2011

Quand y en a marre, y a Malabar, quand c'est la lose, y a la saucisse de Toulouse.

De loin, j'ai cru voir un roman, posé ouvert en deux, oublié dans l'herbe... Si la chose était bien ouverte en deux, c'était en fait une vieille boîte de kebab laissée en plan. Je suis trop romantique pour ce monde-là.
Posté par Daisy Rondelle à 22:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 mai 2011

Achète un naan au fromage et quitte la ville.

C'est étonnant à quel point je déteste la ville depuis que je suis ici... J'ai envie de pleurer chaque fois que je vois des blocs d'immeubles, j'étouffe, tout est étriqué, rien ne semble possible, je ne sais même pas comment des gens peuvent passer toute leur vie ainsi, y être heureux, cela me paraît surréaliste, pourtant je ne vivais pas à la campagne, à Lille, à Reims, je n'avais pas de jardin, je n'étais pas tout le temps dehors, ici je suis claustrophobe même à l'extérieur, 11h11, j'ai un peu peur de partir en vacances, si je vais... [Lire la suite]
12 mai 2011

Jusqu'ici, tout ne va pas bien, amen quand même.

I feel like a blind man with a color TV. /// Je me sens comme un sac sans poignée dont la bandoulière aurait lâché. /// Les gens qui épellent tout leur nom de famille lettre par lettre au téléphone en citant des prénoms me font mourir de rire, Bertholin, B comme Bernard, E comme Edwige, R comme Raoul, T comme Thomas, H comme Henri etc. /// L'autre jour, un qui commence déjà à remonter un petit peu dans le temps maintenant, dans un magasin, je me suis dit "Tiens elle est jolie cette fille en face de moi", avant de me rendre compte que... [Lire la suite]
06 février 2011

Sans répit sans repos je suis repue de toi.

Eldorado - Stephan Eicher Que faut-il qu’on casseFaut-il qu’on fasseQuel numéro ?Que faut-il qu’on classeFaut-il qu’on chasseDe nos cerveaux ?Qui prendra ta placePrendra ma placeQu'est-ce qu’il nous faut ?Quelle sera la traceDe notre impasseDe nos travauxQue faut-il qu’on fasseFaut-il qu’on cassePour être en faceD’Eldorado Que veux-tu qu’on froisseVeux-tu qu’on glaceQu’on jette à l’eauQuelle part on efface ?Rien ne trouve grâcePlus rien ne vautQuelle terrible audaceQuelle sombre faceEt quel culot ?Qu’est-ce qui nous... [Lire la suite]
03 décembre 2010

Bribes, morts sots, mort aux cons, je ne fais que trépasser.

Opérationnelle, à peu près, au quatorzième café, tout va un peu moins mal dans un monde un peu moins mauvais, paraît-il, si vous me cherchez vous devriez me trouver nichée quelque part dans une écharpe géante, complètement en vrac, la tête dans le sac, je t'embrasse mon Amour à la banane et aux microbes, oui elle m'a mis la fièvre pendant des heures... La grippe.
Posté par Daisy Rondelle à 12:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 septembre 2010

Observons l'effet déviant sur votre organisme.

Lille me manque énormément, d'autant que sa braderie a beaucoup fait parler d'elle ces derniers temps /// j'ai trouvé des bagels aux graines de pavot et de sésame au Daily Monop' /// je suis belle chéloïdeusement d'un ulcère à l'oreille /// l'aigreur est plus appétissante assaisonnée à la sauce poétique /// rêvant de ratons laveurs géants qui m'attaqueraient dans des lueurs rouges j'ai vu mon ombre monstrueusement déformée atteindre la colline d'en face /// j'ai envie de bottes en caoutchouc dans les flaques, de feuilles mortes, de... [Lire la suite]
05 juin 2010

Babillages.

C'est toujours pareil, lorsqu'il m'arrive plein de choses importantes, je les passe à la trappe et change de sujet, pour verser dans l'anecdote, passer de babiole en bricole, je ne dépèce que les détails, plutôt que de tourner autour du pot, je le pousse.Je suis traumatisée, tout à l'heure j'ai croisé un type effrayant qui ressemblait à un char à voile. Si, c'est possible, moi non plus je ne l'aurais pas cru, avant, mais là, je m'en remets difficilement. De loin, j'ai cru à un type qui faisait le kéké sur son vélo, à sa manière de se... [Lire la suite]
29 mars 2010

I'm a stranger to myself and nobody knows I'm here.

Oh you don't want me anywhere near you, you don't want me anywhere near you, get my fucking head out of your world, you don't want me anywhere near you, you don't want me anywhere near you, get my fucking head out of your world...Oh, non, c'est plus chronique que grave, mon moral se lève tous les matins et se couche tous les soirs, aujourd'hui il s'est encore endormi sacrément avant moi...Oh, parce qu'il n'y a rien à connaître, c'est moi qui suis en décalage horaire avec mes humeurs, je ne sais pas si médicalement, psychologiquement,... [Lire la suite]
29 mars 2010

Je veux faire caca chez Paul.

"La caresse d'une rose..." Voilà mot pour mot ce qui est écrit, légèrement en relief, en lettres arrondies au milieu d'esquisses des fleurs précédemment citées, sur... Mes rouleaux de papier toilette. Eh ouais. Et cela me perturbe un peu. La caresse d'une rose, quelle poésie, quel lyrisme, comme pour faire oublier l'utilité triviale de l'objet... Mais au delà du simple détournement risible, le terme de "caresse" appelle à la sensualité, la rose symbolise souvent la sexualité, pour Ronsard comme pour beaucoup de... [Lire la suite]