N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

08 juillet 2011

Il colle aux doigts, il tache les draps, ton jardin secret.

N'est-ce pas singulier... les sourcils circonflexes d'Olivia Wilde * l'expression "se casser la nénette" * les arcs-en-ciel la nuit et la pluie dans les deux sens * dire "il n'y a pas mort d'homme" à un enterrement * inverser pour avoir des grumeaux de farine dans le chocolat chaud et des grumeaux de cacao dans les crêpes * le doigt dans le trou de la glace qui pète * wild wild wind * boire du champagne sur la plage * des fleurs carnivores qui vomissent et une femme volcan recrachant de la lave comme une éjaculation démoniaque *... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 08:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mars 2010

Je veux faire caca chez Paul.

"La caresse d'une rose..." Voilà mot pour mot ce qui est écrit, légèrement en relief, en lettres arrondies au milieu d'esquisses des fleurs précédemment citées, sur... Mes rouleaux de papier toilette. Eh ouais. Et cela me perturbe un peu. La caresse d'une rose, quelle poésie, quel lyrisme, comme pour faire oublier l'utilité triviale de l'objet... Mais au delà du simple détournement risible, le terme de "caresse" appelle à la sensualité, la rose symbolise souvent la sexualité, pour Ronsard comme pour beaucoup de... [Lire la suite]
12 mars 2010

Brèves de salle de bains et autres études comparatives.

Heureusement qu'il est mentionné sur la notice des colorations capillaires que l'évolution de la teinte du mélange n'a aucune incidence sur le résultat final, j'ai beau assister à une métamorphose de cet ordre, en gros, tous les mois, je ne m'y fais toujours pas... Surtout quand l'on sait que la couleur obtenue est la suivante... Pendant des années l'on m'a reproché de me peinturer plutôt que de me maquiller, de me planquer plutôt que de me mettre en valeur, du coup, par habitude, j'ai souvent, aujourd'hui encore, l'impression... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 15:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 octobre 2009

Comme si que, sinon, on allait en prison.

J'ai beau avoir l'esprit tout mielleux chamallow doudou en ce moment, je continue de me poser des questions un peu branques et à établir des théories bancales bâties sur sables mouvants.Par exemple, s'il y a un thème qui m'a souvent turlupinée, c'est bien celui de la sexualité, d'où le fait que chaque conversation avec moi dévie invariablement sur ce sujet, tout éloigné qu'ait pu être celui de départ, dixit Mick, et lors d'une discussion récente, j'ai mis à plat quelques petites idées tordues, ou pas, qui n'avaient alors fait que... [Lire la suite]
08 octobre 2009

À vous les studios.

Je n'aime pas les sarouels, Amélie Nothomb, l'art moderne et tout particulièrement l'art abstrait, le télé-achat le matin au réveil, les calvities fantaisiste, les poseurs, les French manucures, Michel Houellebecq, le parfum "Le Mâle" de Jean-Paul Gaultier, les champignons crus, les gens qui répondent "Qu'est-ce que tu veux que je te dise ?" et "C'est ballot", jouer au bowling, les chaussures pointues, les jeans rentrés dans les bottes, Mariah Carey. J'aime les grumeaux dans le chocolat chaud et la... [Lire la suite]
30 septembre 2009

Et voilà que je me demande.

(L'élaboration d'une petite chronique est en cours, mais ma flemme court plus vite. Alors en attendant, il se trouve que je me demande...)Si je suis la seule personne de par le monde à ne pas avoir aimé Wall-E, et à s'être tellement ennuyée devant qu'elle a rendu les armes un peu après la moitié du film.Et si cela fait de moi une personne sans cœur, sans rêves, sans imagination, sans espoir, sans fantaisie, sans âme, sans humour, sans émotions.(Là, il serait de bon ton de me répondre que non, je vous en saurais gré.)
Posté par Daisy Rondelle à 12:21 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

30 septembre 2009

Rue des Plaisirs.

Excuse-moi Geoffroy de te voler ton questionnaire d'une manière si vile, mais me voilà réveillée, encore, et je me suis trouvée en train d'y répondre, alors...Un plaisir des yeux ?Le soleil qui se lève si tôt et invente des ciels incandescents derrière les silhouettes d'arbres noirs dans mon village d'enfance ou les toits de Reims vus de ma fenêtre.Un plaisir que l'on partage ?Regarder passer les gens dans la rue assis en terrasse et commenter, critiquer, radoter, ragoter.Un plaisir d'enfance ?Découvrir chaque matin de décembre une... [Lire la suite]
17 septembre 2009

Morceau choisi.

- Tu prendras un dessert ?- Oh non, la gourmandise est un péché, je veux pas aller en Enfer.- Bah... T'as déjà mangé du dessert dans ta vie ?- Oui.- Donc tu iras en Enfer, c'est trop tard, autant savoir pourquoi tu y vas, non ?- Oui mais il y a neuf cercles en Enfer, je veux pas qu'on soit dans le même.- Comment ???- Je-veux-pas-ê-tre-dans-le-neu-vième.- Aaah.
08 septembre 2009

Lassitude, pesanteur, vacuité, et autres menus désagréments de l'humeur.

Ice cream, Hersheys bars, or cookies ? Ice cream. Watermelon, strawberries, or peaches ? Strawberries. Swimming, tennis, or volleyball ? Swimming, because I hate team sports. Florida, England, or California ? England. McDonalds, Friendlies, or Grottos Pizza ? As I don't Friendlies and Grottos Pizza, let's say McDonalds. Miley Cyrus, Soulja Boy, or Ashley Tisdale ? Hey crazy bitch, none of them ! Computer, television, or cell phone ? Computer. Bulldogs, German Shepards, or Yorkies ? Huskies. Honey Nut Cheerios, Cocoa puffs, or frosted... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 août 2009

Hey boy take a look around, let me dirty up your mind.

Je n'écris plus que par étincelles, envolées, exclamations, éjaculations, éclaboussures, etc. J'ai la vie qui roule trop vite, qui crie trop fort, pour prendre le temps de coucher sur le papier quadrillé ou sur l'écran immaculé des mots qui rassemblés ressembleraient assez aux explosions de mes états que je pourrais vouloir décrire, du coup, ma prose ne dort plus, mais ce n'est pas pour autant qu'elle tient debout.Quand les évènements déferlent sur mon existence, je n'ai pas les moyens de les figer sur une feuille, et quand j'ai tout... [Lire la suite]