N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

05 mai 2009

En rongeant mon frein, sans parler de mes ongles.

"Mon amour, comme tu le sais les boutons du téléviseur ne fonctionnent plus, et j'ai emporté la télécommande. Si tu veux la récupérer, viens me retrouver. Bien sûr, tu ne pourras toujours pas voir le match, mais c'est cela ou laisser la Nouvelle Star tout seul chez toi. Bonne soirée. PS : Je t'aime."
Posté par Daisy Rondelle à 22:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 mai 2009

Monday Monday Monday.

Tantôt le trop plein, tantôt le vide, le tremplin puis le manque avide, loin du bruit blanc de la paix de l'esprit, épuisante puis épuisée, je tourbillonne ou végète, mes idées prennent la forme de bulles savonneuses, naissant dans un souffle pour mourir avant terme, explosion colorée passant inaperçue aux yeux de tous, laissant une tache, un trou, un accroc dans mon cerveau, les pensées affluent, mais, disques rayés de mes neurones perfusés à l'envers, leur chanson accélère, se répète indéfiniment, recommence, et leur message n'est... [Lire la suite]
29 avril 2009

Mort aux vaches, mort aux condés.

Les idéologies politiques du monde enfin expliquées clairement Système féodalVous êtes propriétaire de deux vaches. Le seigneur des lieux vous prend un peu de lait.Socialisme purVous êtes propriétaire de deux vaches. Le gouvernement les prend et les met dans une étable avec les vaches de tous les autres propriétaires. Vous devez vous occuper de toutes les vaches. Le gouvernement vous donne un verre de lait.FascismeVous êtes propriétaire de deux vaches. Le gouvernement les prend, il vous embauche pour vous en occuper et il vous... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 10:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2009

Bas les masques, haut les cœurs.

Je n'ai pas fermé l'œil de la nuit, encore une fois je n'ai pas eu le bras assez long pour atteindre la paupière unique de cette sale lune borgne qui m'a fixée sournoisement pendant que je tournais plus rond qu'un tigre en rage, j'ai les ongles noirs à force de creuser ma tombe avec les doigts, qu'il est vexant de voir le monde filer droit pendant que je me disperse dans la douleur.
Posté par Daisy Rondelle à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 avril 2009

L'un part, l'autre aussi, autrement dit tout fout le camp.

Mazette, voilà seulement que je réalise que depuis cinq semaines, tout rond comme mon bidon, j'entretiens une terrible imperfection formelle, ici! J'en ai des frissons dans le dos, honnêtement cette sombre pensée gratte dans les plis tout ce que j'ai de plus trouble, d'obsessionnel, de compulsif. Y remédier au plus vite.- - - Les planqués, les mauviettes, les baltringues, les tordus, les onanistes, c'est bon, j'ai. Maintenant où sont les autres? - - -

23 avril 2009

Après tout, ce n'est pas un crime.

Posté par Daisy Rondelle à 09:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 avril 2009

Comme quoi.

- Oui je pense qu'il faut que tu le relances. Ha ha il était marrant. Il m'a dit "Mais il faut que l'on prenne un rendez-vous, avec des roses, que je lui paye le restaurant, des trucs comme cela?"...- Tu inventes là?- Non pas du tout. Je lui ai dit que ce n'était peut-être pas la peine d'aller jusque là.- Moi je veux bien, mais s'il m'envoie un texto, avec des pissenlits, qu'il me paye une crêpe, je serai déjà contente.
Posté par Daisy Rondelle à 02:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2009

Deux trois jours à Paris.

Posté par Daisy Rondelle à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 avril 2009

Je suis trop profonde, ne me tombe pas dedans, tu vas te noyer.

J'ai parfois l'impression d'être entourée par des gens qui ont tous un avis très tranché sur la psychologie. Entre ceux qui sont prêts à mettre leur sort entre les mains d'un psy, certainement parce qu'il n'en ont jamais consulté un seul, et aimeraient croire que le ou la spécialiste va résoudre tous leurs problèmes à leur place et répondre aux questions existentielles qui les hantent, ceux qui rient ouvertement de cette profession, la taxant aisément de charlatanisme éhonté, dans un jugement que l'on pourrait qualifier de manichéen,... [Lire la suite]