N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

02 juillet 2009

Ce cri n'était pas une expression de sensualité.

Il semblerait que le monde souffre présentement d'une gueule de bois généralisée. Tant de choses arrivent, incroyables, malsaines, déplacées, amusantes, dégueulasses, facétieuses, atterrantes, incompréhensibles, fugitives, que le résultat serait le même si rien ne s'était passé. L'on s'habitue à tout, et l'exceptionnel, souvent imaginaire d'ailleurs, d'hier, devient le commun d'aujourd'hui, probablement le misérable de demain. C'est compliqué. Les éléments s'entremêlent, les relations s'entremettent, les portes s'entrebaîllent, tout... [Lire la suite]

01 juillet 2009

J'ai cru que je ne me lancerais jamais.

- Eh les filles, il est à l'une d'entre vous ce string?- Non.- Non.- Non.- Il serait pas à Gaëlle?- Aaah peut-être, parce que Débo m'a dit que ce n'était pas le sien. Allez hop je l'accroche à la fenêtre, la propriétaire ira le récupérer.- C'est la version moderne de Cendrillon en fait, celle dont il épousera parfaitement la raie épousera le prince, justement, j'imagine la scène.- Alors toi tu dis rien pendant longtemps mais ensuite quand tu l'ouvres, l'on peut être sûr que, hein... - Hon. Regarde... Bouark. Bonjour, pour... [Lire la suite]
29 juin 2009

Comment se faire un brésilien chez soi.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:SimSun; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-alt:宋体; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 680460288 22 0 262145 0;} @font-face {font-family:"\@SimSun"; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 680460288 22 0 262145 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal,... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 20:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juin 2009

Quand les sujets personnels abondent et se bousculent, finalement, l'on choisit souvent de parler d'autre chose.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:SimSun; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-alt:宋体; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 680460288 22 0 262145 0;} @font-face {font-family:"\@SimSun"; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 680460288 22 0 262145 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal ... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 17:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juin 2009

Plus l'on a à offrir, plus l'on nous extorque le reste.

La suite de beaucoup d'évènements les prive de toute existence passée, le manque de continuité balaiera tout ce qui aura pu se produire, fera mentir la mémoire, promis, le souvenir semblera trop invraisemblable pour être autre chose qu'un effet délirant de notre imagination corrompue par l'organe inutile qu'est le cœur.

20 juin 2009

Appelle-moi Maman, mon cul oui.

Le ventre, c'est la béance, l'envie. La faim. La tête, c'est l'appétit. Le cul, c'est l'urgence. On baise par appétit (gourmandise) ou urgence. Certainement pas par envie. Là, ce soir, vous aviez "envie". "J'ai envie". Une envie est méprisable. L'appétit est charmeur. L'urgence est généreuse. Des théories métaphoriques pompeuses, un avis de l'ordre du divin, un plaisir à décontenancer l'interlocuteur et à le croire à sa merci rhétorique, une propension détestable à se trouver exceptionnel, une arrogance... [Lire la suite]
17 juin 2009

Veuillez exposer votre version des faits.

******, c'est une coïncidence, une myopie passagère, un moment d'égarement. C'est déambuler un dimanche en ville en fin d'après-midi, alors que tout est fermé, et qu'il se met à pleuvoir, passer devant un cinéma, et se dire "Tiens, je materais bien un film". Ne pas être réellement tenté par une programmation en particulier, mais choisir une séance tout de même, pourquoi pas, quitte à être entré. Se rendre compte au bout d'un quart d'heure que ce choix fut particulièrement mauvais, que les acteurs jouent très mal, que le... [Lire la suite]
16 juin 2009

Un deux trois, nous irons hautbois.

J'en voulais un. Ou deux. J'hésitais. J'étais sûre d'en vouloir, mais ma décision quant au nombre n'était pas encore arrêtée de manière définitive, même si la question n'offrait qu'un choix multiple assez limité. Parce que j'en voulais un, ou deux. Pas trois. Je n'y avais même pas pensé une seconde. Trois, quelle idée! Voilà bien le seul nombre impair qui soit presque aussi pair que 2 ou 4 ou 12 ou 36, presque aussi calibré, régulier, calculé que n'importe quel multiple de 5.Un, c'est indiscutable. Deux, c'est sur le fil du rasoir,... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 16:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 juin 2009

Je rêve de caresses en été.

Voilà des hasards qui commencent à revêtir des costumes d'habitudes. Passée de quatre à sept en zappant le(s) nombre(s) souhaité(s), sûrement ai-je dû être porte-clefs dans une vie antérieure, sans doute suis-je dotée d'un karma de mini-golf. Au clair de tes notes mes os se liquéfient. N'aie pas peur de me reconstruire car tout est à refaire tu sais, je ne pense pas me lasser de sitôt des jouissances ordinaires. Je te dirai s'il y a quelque chose de rire. La plupart des gens n'ont qu'une imagination émoussée. "La... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,