N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

29 août 2011

Je vous ai vu en rêve, vous m'avez dévorée.

Bizarrerie des rêves, ou comment caser mille éléments dans quelques secondes de sommeil, qui en paraissent tellement plus, autant de minutes. Un expresso, une expression, café codé, songe serré, la tentative d'attentat du subconscient qui s'incruste... Collée contre son épaule, j'ai rêvé de lui, de nous. C'était étrange. Je voulais lui faire une fellation, et ne voyais pas son visage, seulement son corps, et, pendant que seuls son ventre, son torse, m'apparaissaient dans le champ, il m'a dit, avec ma voix et ma tête, "C'est presque... [Lire la suite]

29 août 2011

Ritournelles récurrentes.

Free Fall - In Flames Mirror mirror, How far will I go ? Despite the foundation, I am falling. Sweet reflection, Will you save a place for me ? Where am I heading ? Could you grant me a haven ? For what I am punished, Could I ever repent ? Mother Nature, I’m wide open, Waiting for you to move me. Don’t keep it from me ! This is a free fall ! This is a free fall ! I never seem to understand. The time, the place, and who I am. Define a way to stay alive, It’s like I’m living a lie. Father time, every time I stop and... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2011

Voici de nouveau l'objet de votre désir présent-absent, accessible-insaisissable, trouvé-perdu.

Enfant d'Aphrodite et d'Hermès, muni des attributs de ses deux parents fabuleux, Hermaphrodite, éphèbe parfait, se vit un jour métamorphosé par l'amour d'une nymphe transie de désir pour son corps. Mais si hermaphrodite a maugréé contre son destin, les autres, simples humains monosexués, tiennent au fantasme de l'être bisexué. Être à la fois homme et femme, nanti de la magie blanche et noire de chacun, être, dès lors, l'objet du désir des deux, être à soi seul, père-et-mère, voire s'engendrer soi-même, qui, dans son coeur enfantin, ne... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 juillet 2011

La mode passe, le style reste.

Ce qu'il y a de bien avec les soldes c'est que l'on peut en profiter pour s'offrir des basiques, des choses passe-partout, faciles à assortir, des classiques de bon goût, des valeurs sûres dont l'on ne se lassera pas, qui pourront servir pendant des années, utiles les jours de panne d'inspiration vestimentaire, et traversant les âges sans peine et faisant fi des modes, toujours d'actualité... Non ?
Posté par Daisy Rondelle à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juillet 2011

Il colle aux doigts, il tache les draps, ton jardin secret.

N'est-ce pas singulier... les sourcils circonflexes d'Olivia Wilde * l'expression "se casser la nénette" * les arcs-en-ciel la nuit et la pluie dans les deux sens * dire "il n'y a pas mort d'homme" à un enterrement * inverser pour avoir des grumeaux de farine dans le chocolat chaud et des grumeaux de cacao dans les crêpes * le doigt dans le trou de la glace qui pète * wild wild wind * boire du champagne sur la plage * des fleurs carnivores qui vomissent et une femme volcan recrachant de la lave comme une éjaculation démoniaque *... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 08:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2011

I am the one who's never been your lover even in my dreams.

Une fois encore elle m'a fait faux bond, cette fille de l'air me file entre les doigts.
Posté par Daisy Rondelle à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 juin 2011

Quand y en a marre, y a Malabar, quand c'est la lose, y a la saucisse de Toulouse.

De loin, j'ai cru voir un roman, posé ouvert en deux, oublié dans l'herbe... Si la chose était bien ouverte en deux, c'était en fait une vieille boîte de kebab laissée en plan. Je suis trop romantique pour ce monde-là.
Posté par Daisy Rondelle à 22:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 mai 2011

Achète un naan au fromage et quitte la ville.

C'est étonnant à quel point je déteste la ville depuis que je suis ici... J'ai envie de pleurer chaque fois que je vois des blocs d'immeubles, j'étouffe, tout est étriqué, rien ne semble possible, je ne sais même pas comment des gens peuvent passer toute leur vie ainsi, y être heureux, cela me paraît surréaliste, pourtant je ne vivais pas à la campagne, à Lille, à Reims, je n'avais pas de jardin, je n'étais pas tout le temps dehors, ici je suis claustrophobe même à l'extérieur, 11h11, j'ai un peu peur de partir en vacances, si je vais... [Lire la suite]