N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

09 octobre 2011

La gourmandise est un vilain défaut, mais il est bon d'être vilaine.

La décision Elle avait décidé que, lorsque la pointe de ses seins tomberait plus bas que la pliure de ses coudes, la vie ne vaudrait plus la peine d'être vécue.Elle avait décidé que jamais son ventre ne devrait faire plus de deux plis lorsqu'elle était assise sur le bord de son lit devant l'armoire à glace.Elle avait depuis longtemps tracé une ligne imaginaire sur ses cuisses au delà de laquelle ses fesses ne devaient pas descendre.Il y avait aussi une qualité de peau d'orange qu'elle ne tolérerait pas, une forme de petite enflure au... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 13:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2011

Maintenant, délivrez-moi, de tout et de son contraire, et du contraire du contraire.

Au lieu de lui dire : "Prends-moi !" je lui demande : "Que me donnes-tu ? Un autre moi-même ? Il n'y a pas d'autre moi-même. Tu me donnes un ami jeune, ardent, jaloux, et sincèrement épris ? Je sais : cela s'appelle un maître, et je n'en veux plus... Il est bon, il est simple, il m'admire, il est sans détour ? Mais alors, c'est mon inférieur, et je me mésallie... Il m'éveille d'un regard, et je cesse de m'appartenir s'il pose sa bouche sur la mienne ? Alors, c'est mon ennemi, c'est le pillard qui me vole à moi-même ! ... J'aurai tout,... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 juillet 2011

Voici de nouveau l'objet de votre désir présent-absent, accessible-insaisissable, trouvé-perdu.

Enfant d'Aphrodite et d'Hermès, muni des attributs de ses deux parents fabuleux, Hermaphrodite, éphèbe parfait, se vit un jour métamorphosé par l'amour d'une nymphe transie de désir pour son corps. Mais si hermaphrodite a maugréé contre son destin, les autres, simples humains monosexués, tiennent au fantasme de l'être bisexué. Être à la fois homme et femme, nanti de la magie blanche et noire de chacun, être, dès lors, l'objet du désir des deux, être à soi seul, père-et-mère, voire s'engendrer soi-même, qui, dans son coeur enfantin, ne... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2011

Mi oui mi non, compètement je n'en sais rien.

"Tout se bouscule dans mon esprit. Tout prend des proportions inquiétantes. Je voudrais que la vie soit simple et je ne trouve pas le chemin de l'évidence. Je ne sais pas ce qui se passe en moi vraiment, mais je suis heureuse et malheureuse à la fois. Je veux une chose et son contraire. Je veux être l'unique mais je n'aime pas cette idée. Je veux que le garçon passe le bras autour de mon épaule et j'enlève le bras. Je veux qu'il me regarde et je ne supporte pas ses yeux posés sur moi. Je veux qu'il soit plus fort que moi mais... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 octobre 2010

Prêtez-moi vos mots que je me les mette en bouche.

"Il y a des moments où c'est en moi comme un besoin, comme une folie d'outrage... une perversité qui me pousse à rendre irréparables des riens... Je n'y résiste pas, même quand j'ai conscience que j'agis contre mes intérêts, et que j'agis contre mon propre malheur...""Là-dessus, les histoires, les potins recommencent... C'est un flot ininterrompu d'ordures vomies par ces tristes bouches, comme d'un égout... Il semble que l'arrière-boutique en est empestée... Je ressens une impression d'autant plus pénible que la pièce... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 09:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
27 juin 2010

Insomnie du matin, chagrin, anémie du midi, ennui.

Ce que je préfère c'est un livre qui soit au moins de temps en temps un brin marrant. J'ai lu un tas de classiques, Le retour au pays natal et tout, et j'aime bien, et j'ai lu aussi des livres de guerre et des polars. Mon rêve, c'est un livre qu'on arrive pas à lâcher et quand on l'a fini on voudrait que l'auteur soit un copain, un super-copain et on lui téléphonerait chaque fois qu'on en aurait envie. Mais ça n'arrive pas souvent. J'aimerais assez téléphoner à Karen Blixen. Et à Ring Lardner, sauf que D.B. m'a dit qu'il était mort.... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 10:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2009

Comme l'impression que cette digression fait diversion.

Tirlan, tirlan, tirlantaine, tirlanton. Gai, camarade, le vin de la République est merveilleux, j'en ai bu bravement ma pinte, car je suis si altéré depuis que je suis maître, que tantôt j'aurai encore soif pour pinte. Que le ciel conserve la vigne, le vigneron, la vendange, et les caves de votre République !Arlequin, Scène V, L'île des Esclaves de Marivaux.
Posté par Daisy Rondelle à 04:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2009

Néant moins.

- Dorian, Dorian, quand je ne vous connaissais pas, rien n'était réel dans ma vie, sauf jouer. Je ne vivais que sur la scène. Je croyais que tout y était pour de vrai. Rosalinde un soir et Portia le lendemain. La joie de Béatrice était ma joie, et les chagrins de Cordelia étaient à moi aussi. Je croyais à tout. Les braves gens qui jouaient avec moi me semblaient des dieux. Les décors formaient mon univers. Je ne connaissais que des ombres et je les croyais réelles. Vous êtes arrivé, ô mon bel amour, et vous avez affranchi mon âme de... [Lire la suite]
10 septembre 2009

Insomnie l'une nie l'autre, litanie une ni deux.

"Il se laissa porter par l'amour d'Edna avec un sentiment de possession absolue et de sécurité. Dormir en elle, se cacher en elle, la posséder, l'aimer, tout se confondait. Sans la moindre tension, le moindre doute, la moindre haine. L'acte d'amour n'était jamais bestial, ni cruel : personne ne cherchait à violer l'autre, à s'imposer, par la violence ou la force du désir. Non, c'était une fusion parfaite : tous deux s'enfonçaient ensemble dans la douce chaleur d'un monde de profondeurs." "Deux soeurs" dans Les... [Lire la suite]
29 août 2009

Du bruit blanc qui ferme les yeux.

Le génie du lyrisme est le génie de l'inexpérience. Le poète sait peu de chose du monde mais les mots qui jaillissent de lui forment de beaux assemblages qui sont définitifs comme le cristal ; le poète n'est pas un homme mûr et pourtant ses vers ont l'accent d'une prophétie devant laquelle il reste lui-même interdit. - C'est son autoportrait que le poète peint avec ses poèmes ; mais de même qu'aucun portrait n'est fidèle, nous pouvons dire sans nous tromper qu'avec ses poèmes il rectifie son visage. Rectifie ? Oui, il le... [Lire la suite]