N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

24 janvier 2011

Ode à tout ce qui m'échappe, momentanément sans illustration.

Mes confuses à ceux que ma disparition, comme le E de Georges Pérec, comme à mon début et à ma fin, ont attristés, ennuyés, décontenancés, désolés, ou déçus, tant pis pour ceux qu'elle a fait fuir, abandonner, supprimer le lien de mon blog de leurs favoris, lâcher le morceau, tourner les talons, car me revoilà, pas telle le phénix renaissant de ses cendres, juste comme l'employée ordinaire qui a désormais un toit à elle, à condition d'en payer la moitié du loyer chaque mois au vrai propriétaire, au dessus de la tête, une chaise sous... [Lire la suite]

06 avril 2010

J'ai fait une tache de fraise molle sur ma cravate laide.

Trajet Lille Reims jeudi, Reims Canterbury et Canterbury Reims samedi, avec un retour à Lille manqué, d'où un trajet Reims Lille mardi, avant de refaire Lille Reims puis Reims Lille avant et après le concert de Lo'Jo vendredi, fatigue, nerfs en pelote, me sentant transbahutée comme un colis postal, cachet faisant foi, j'ai raté ma couleur pour quelques secondes d'inattention, en oubliant d'ajouter un peu d'eau dans la fin du mélange, occasionnant un résultat approximatif, avec racines trop vives, une poignée de mèches trop claires... [Lire la suite]
29 mars 2010

I'm a stranger to myself and nobody knows I'm here.

Oh you don't want me anywhere near you, you don't want me anywhere near you, get my fucking head out of your world, you don't want me anywhere near you, you don't want me anywhere near you, get my fucking head out of your world...Oh, non, c'est plus chronique que grave, mon moral se lève tous les matins et se couche tous les soirs, aujourd'hui il s'est encore endormi sacrément avant moi...Oh, parce qu'il n'y a rien à connaître, c'est moi qui suis en décalage horaire avec mes humeurs, je ne sais pas si médicalement, psychologiquement,... [Lire la suite]
28 janvier 2010

I used to want to change the world, now I just want to leave the room with a little dignity.

J’en reviens toujours au même point, de strate en strate je parcours la structure circulaire, au dessus du point de départ, épluchant le problème dans un mouvement rotatif. Je voudrais pouvoir être tranquillement femme, paisible dans ma neutralité, pouvoir être respectée sans être une guerrière, m’abandonner sans être abusée, ne pas prendre de risques sans me surprotéger, avoir mon mot à dire sans me faire amazone. Je n’ai aucune envie de devoir mener un combat contre l’homme, avec un petit « h » et avec une petite bite, de... [Lire la suite]
04 décembre 2009

L'enfer est pavé d'autofiction.

Il arrive souvent que je ne parvienne plus très bien à démêler le fictif du réel dans ce que j'écris, puisque, par plaisir de tragédienne, j'ai tendance à écarteler toute émotion pour l'étaler sur toute la surface d'un texte, à dramatiser le moindre état d'âme encombrant, partant quelque part du principe que, quitte à ne pas être au mieux de sa forme, autant en tirer profit et à rentabiliser chaque émotion nocive porteuse d'inspiration, qu'elle qu'en soit l'intensité.Aussi je m'égare parfois, en cours de rédaction ou à la relecture,... [Lire la suite]
03 novembre 2009

Dans la salle d'attente de la vraie vie.

Tu es passé me serrer dans tes bras samedi matin, deux heures avant que ma mère ne vienne me chercher, et avant de repartir pour la Sablière, j'étais moche et je puais parce que je venais d'aller courir, et j'avais les cheveux sales, sans raison valable, mais tu as quand même trouvé que j'étais belle comme un elfe, parce que tu n'as pas vraiment les yeux tout à fait en face des trous, quand tu me regardes, je crois. Ou alors c'est à cause de ta tache de sang à la surface de l'œil qui donne par sa teinte marronnasse un aspect... [Lire la suite]

27 octobre 2009

What I've felt, what I've known, never shined through in what I've shown.

Parfois, et de manière de plus en plus récurrente, la lubie me chatouille d'aller fourrer le nez dans mes paquets de missives reçues, empaquetées dans des tiroirs, dans des pochettes, dans des classeurs.Cinq ans, grosso modo, de correspondance en vrac, de la nostalgie au kilo, des fous rires au quintal. Vrais serments, gros complexes, fausses confidences, déclarations muettes, perches tendues, bouteilles à la mer ou journaux presque intimes, des pages et des pages entières de carreaux hypnotisants couverts par les mots de Mathilde, de... [Lire la suite]
11 octobre 2009

Amour, fléau du monde, exécrable folie.

- Tu es mon bonheur.- Tu es ma raison de vivre. J'ai l'amour peu productif ces derniers temps. Je ne prends plus tellement le temps ni la peine de figer l'expression visuelle ou textuelle de ce que je vis tant ce ressenti est fort, je n'éprouve, un peu malheureusement, ni le besoin ni même vraiment l'envie de transformer mon émotion en produit par le biais d'une alchimie artistique. Je me sens un peu frustrée, mais je ne peux pas tout faire à la fois. Mon appareil voleur d'images sommeille, mon encre ne se dépose plus sur les... [Lire la suite]
09 septembre 2009

Comme je hais cette crasse incomplétude qui se rue sur mes humeurs.

"The Wall" disque premier entame son troisième passage consécutif, histoire de meubler une mauvaise journée de sale humeur bipolaire, j'ai l'impression de devenir tarée, de tourner carré, quand tout se met à aller mal en un claquement de doigts, que je n'ai plus de repères, plus qu'un œil sélectif qui croit que rien ne se tient droit, je ne comprends rien à rien et au reste dans ces moments-là et pourtant je n'arrive pas à me résoudre à cesser de tournicoter les pensées par bribes qui me traversent mollement le crâne et à... [Lire la suite]
28 juillet 2009

Parlons peu parlons potentiel.

- Non mais tu comprends, pourquoi je me contenterais de sortir avec une femme, d'en avoir une seule, quand en restant célibataire, je peux potentiellement avoir toutes les femmes...?- J'entends bien, et loin de moi l'idée de te contredire ou quoi que ce soit, mais pour le moment, "potentiellement toutes les femmes", cela fait aucune, je me trompe ou bien...?La vilaine ne fume plus, la vilaine ne boit plus (trop), la vilaine ne fornique plus, non plus, la vilaine est exemplaire, en fait. Un exemple de quoi, je ne sais pas... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,