N'en jetez plus.

[ C'est en secret le corps d'une ombre qui m'enivre à contrecœur. ]

04 octobre 2011

Nichonneries.

La pudeur, c'est tellement surfait... Après tout, combien de membres parlottent sur les forums de Doctissimo, multipliant leurs frayeurs en espérant les diviser, jouant à agiter les marionnettes spectrales de leurs frousses mutuelles, afin d'envisager le pire pour souffler de soulagement du bénin ? Bonsoir, ma fille !Je t'ai recopié le compte-rendu de l'échographie. ECHOGRAPHIE MAMMAIRE BILATERALE L'exploration échotomographique a été réalisée avec une barrette haute fréquence. Les deux seins sont denses, richement structurés à... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2011

Achète un naan au fromage et quitte la ville.

C'est étonnant à quel point je déteste la ville depuis que je suis ici... J'ai envie de pleurer chaque fois que je vois des blocs d'immeubles, j'étouffe, tout est étriqué, rien ne semble possible, je ne sais même pas comment des gens peuvent passer toute leur vie ainsi, y être heureux, cela me paraît surréaliste, pourtant je ne vivais pas à la campagne, à Lille, à Reims, je n'avais pas de jardin, je n'étais pas tout le temps dehors, ici je suis claustrophobe même à l'extérieur, 11h11, j'ai un peu peur de partir en vacances, si je vais... [Lire la suite]
06 février 2011

Les absents ont tous la même peau.

"Ces derniers temps j'ai pas mal pensé à Mathilde, à Cyril, à mon grand-père, et même, chose extrêmement rare, à Romualdo, mon espagnol de frère que je ne connais pas. L'autre jour, le lendemain ou surlendemain de quand je t'ai dit que je me demandais ce que cela faisait d'avoir un frère, et que tu as dit "Moi aussi". Alors j'ai tapé ce que je suppose être son nom complet sur Facebook, puis des bouts, prénom, morceaux de nom, mais rien. Je ne le trouverai probablement jamais. J'ai pensé aussi que la seule fois que... [Lire la suite]
26 janvier 2011

Whatever, fuck it, but first, coffee.

Revue de presse :"Au fond de vous existe une formidable puissance d'amour - parfois de haine - qui vous fais demander toujours plus à vos partenaires, car vous ne pouvez appréhender l'amour qu'avec passion. OK, très bien, mais, cette semaine, ne cédez pas à votre goût de la contradiction, à votre insatisfaction chronique. Dédramatisez les situations, reposez-vous, reposez-nous !"Mon horoscope lunaire de cette semaine dans le dernier Elle."Il tue son père et le brûle dans la cheminée.Un homme d'une trentaine d'années a... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 19:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juin 2010

Souffrir par toi n'est pas souffrir, mon cul oui.

J'ai le cœur en vrac de te savoir mal et de me voir refuser l'accès à tes démons. Si je te parle de ce qui me blesse moi aussi, je crains de donner dans le drame, si pour faire diversion je verse dans l'anecdotique, j'ai peur de sembler futile, si dans l'espoir de sauver les apparences je tente la drôlerie, je redoute de te heurter en paraissant ne pas prendre au sérieux la douleur qui te ronge. Si je te laisse en paix, je t'abandonne, si je te cours après, je te harcèle. Tu ne veux pas me donner de nouvelles pour ne pas m'inquiéter,... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 11:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2010

Paroles sans histoires.

"Tu me manques, tu me manques. Chaque fois que je me retrouve séparée de toi, je me demande comment j'ai fait la précédente. Surtout quand je te sens inaccessible, et que je sais que tu auras remballé ta douleur pour la revoyure, jusqu'à la prochaine fois où tu iras te cacher comme un animal pour souffrir tout seul. Je n'ai pas l'impression que tu me laisses le droit d'essayer de t'aider, et je complexe de te parler de moi et de mes soucis, du coup, par mutisme symétrique et résignation mimétique ou pudique, va savoir. Je me sens... [Lire la suite]
Posté par Daisy Rondelle à 00:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 janvier 2010

Du sang sur les groseilles.

Messaline, belle salope, sale conne de la discorde, comme j'ai hâte de me barrer de cette ville pour de bon, te croisant dans la rue je voudrais t'écorcher vive, t'arracher tes yeux de traîtresse, ne pas te rater cette fois.Pute en soldes en pensées je te saute à la gorge.
Posté par Daisy Rondelle à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 novembre 2009

Dernière séance.

Les débris le fracas du désir qui s'émousse me torturent toujours le dépit le fatras des envies qui s'évadent me séquestrent encore je m'intimide quand je me regarde penchée au dessus de mon épaule surplombant une page blanche si j'approfondis je sens que je lui fais peur le vide et le danger m'appellent je fais seulement semblant de temps en temps de ne plus entendre leurs suppliques insistantes litanies entêtantes des névroses qui m'habitent je ressens fréquemment l'imposture et l'élan d'en finir le manque est mon prénom le doute... [Lire la suite]
09 septembre 2009

Paraît attirée.

Retour à la case nulle part, j'ai le néant qui tourne en boucle, la béance qui radote, la nostalgie qui stagne.
28 juillet 2009

Help, I need somebody.

Je sais que c'est impossible, ou plutôt, depuis le temps, je devrais en avoir pleinement conscience, mais, c'est plus fort que moi... J'aimerais pouvoir compter sur quelqu'un.Quand la confiance et l'admiration mutuelles surviennent entre deux personnes, elles sont vouées à s'évaporer, à un moment ou à un autre, de manière brutale ou progressive.Tout se disloque, et s'annihile, je ne sais pas s'il est pire de ne jamais s'abandonner à qui que ce soit, puisque le bonheur est voué à disparaître, et de vivre dans un malheur modéré pour se... [Lire la suite]